Chatterie de La Nuit D’halloween
Le British Longhair
Le british longhair descend directement du british shorthair et leur histoire est donc identique jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Dès la fin du XIXe siècle, des éleveurs anglais avaient remarqués que les chats britanniques avaient des traits particuliers et les sélectionnèrent afin de les exposer lors de l’une des premières exposition féline en 1871 au Crystal Palace de Londres. On leur donna le nom de british shorthair pour les différencier des chats étrangers ou à poils longs. C'est après la Première Guerre mondiale, lorsque le nombre de british shorthair étaient au plus bas, que les Anglais durent introduire des chats sans pedigree pour reconstituer la race. Ils eurent recours également à des persans. La conséquence fut la perte des caractéristiques physiques de la race et l’introduction du gène poils longs. La GCCF anglaise refusa d’enregistrer ces chats et n’accepta les chatons que trois générations après que le croisement avec un chat sans race ou d’une autre race ait eu lieu. Le même scénario se répéta après la Seconde Guerre mondiale. En plus du persan, l’utilisation d’autres races comme le chartreux, le bleu russe ou le burmese est vraisemblable. Des chatons au poil mi-long naissaient régulièrement dans les portées de british shorthair. Longtemps mis à l’écart, la race fut développée ensuite séparément3. La France reconnut cette variété en 2000 et en 2009 pour la TICA américaine et la WCF. Les autres principaux livres des origines ne la reconnaissent pas encore. Le british longhair reste beaucoup plus discret que son homologue à poil court. En France, il ne représentait entre 2003 et 2008 que 0.55 % du total des chats de race. Le nombre d’enregistrement a toutefois beaucoup augmenté depuis 2006, passant d’une moyenne de 65 british longhair enregistrés par an à 250 2011.
Réservez au 0475/56.12.42 ou par mail : info@chartreux.be
Copyright@Charteux2017.
HK02800741